La Fédération Nationale de Protection Civile a 50ans cette année. Venez fêter cet anniversaire au Congrès à Paris, les 24 et 25 Octobre prochain!

Comme tous les ans, la grande famille des secouristes de la Protection Civile Française se retrouvera pour son Congrès national.

Cependant, cette année, celui-ci revêt une saveur particulière car il vient couronner 50 ans d’existence et d’actions depuis la création de Fédération Nationale (ainsi que celle de la Protection Civile de Côte d’Or!).

Cet anniversaire exceptionnel aura donc lieu à Paris, au cœur de la capitale, et sera l’occasion de rassembler plus de 800 secouristes venus de tous les territoires français.

Ainsi, la Fédération Nationale et la Protection Civile de Paris finalisent les tous derniers détails de ce formidable weekend qui s’annonce déjà comme inoubliable!

Petit retour sur notre histoire commune:

« Face à l’engouement des citoyens, c’est à la demande du Général de Gaulle, Président de la République Française, que le Premier Ministre Georges Pompidou, par une directive en date du 18 mars 1964, sollicite la création d’un organisme afin de fédérer l’ensemble des forces concourant à la protection des populations civiles sur le plan national.

La toute première Association Départementale de Protection Civile (ADPC) avait été créée en 1958 dans les Côtes-du-Nord. Cinq ans plus tard, en 1963, on dénombrait déjà 26 ADPC.

La Fédération Nationale de Protection Civile (FNPC) est créée officiellement le 14 décembre 1965 lors d’une assemblée générale à Paris sous la présidence de Mr Léon Robine (1965 à 1969).

1965-1991 : la construction

A sa création, la Protection Civile regroupait les 26 ADPC mais aussi :

le Mouvement National pour la Protection Civile (Anciens de la Défense passive, disparu aujourd’hui)
les Secouristes Français Croix-Blanche
le Groupement Interdépartemental pour les formations des auxiliaires (disparu aujourd’hui)
les Anciens de Nainville-Les-Roches

Elle est reconnue d’utilité publique par un décret du 14 novembre 1969, et par l’arrêté du 15 octobre 1996. Les associations membres de la FNPC, très proches des instances préfectorales et de la Direction de la Sécurité Civile (DSC), sont à l’origine de la création de la presque la totalité des Centres Interdépartementaux d’Étude de la Protection Civile (devenus les CIESC) qui permettent la diffusion des savoirs et des réflexions à mener en matière de protection des populations. A l’initiative de la FNPC, et avec le soutien de la DSC, un Guide Départemental de Protection Civile – listant les risques spécifiques par départements – voit le jour et sera diffusé et mis à jour pendant la décennies auprès des préfectures, des ADPC et des membres affiliés.

Consciente de l’importance de sa participation aux missions de secours, d’aide et d’assistance aux populations sinistrées, en complémentarité des services de secours de l’État, la FNPC développe un concept novateur d’équipes adaptées dans ses rangs. D’un côté les techniciens de catastrophe formant les Groupes Polyvalents d’Intervention (GPI) interviennent sur les lieux catastrophes et de l’autre, les Équipes Locales de Secours d’Appoints (ELSA) sur les missions d’assistance aux populations. Le 9 octobre 1987, la Fédération signe sa première convention avec le ministère de l’intérieur. Les GPI réalisent leurs première missions de soutien des populations à l’international sous l’égide du CMS mais aussi auprès des sinistrés de Nîmes en 1988. La Protection Civile était prête à intervenir en totale autonomie lors du tremblement de terre en Arménie en 1988.

Une équipe pédagogique nationale et des bénévoles chargés d’enseignement pour leur zone géographique – plus de 370 instructeurs nationaux au début des années 80 – contribuent au développement des programmes de formations, à la formation des enseignants, des chefs d’équipes et de volontaires. La FNPC s’investit également dans la formation en entreprise. La FNPC se classera au 2ème au rang des délivrances de B.N.S des différentes spécialisations et éditera un manuel de secourisme diffusé dans toute la France.

Durant cette période, la Protection Civile diffusera des millions de tracts, de brochures d’information, des guides « Savoir pour vivre » puis « Savoir pour sauver » et d’exemplaires de sa Revue remise aux Assemblées Constituantes. Elle organise des dizaines de milliers de conférences et de projection de films à destination des acteurs de la sécurité et du grand public au travers de campagne de sensibilisation (Prudence vacances, Campagne SIDA, Accidents domestiques, Sécurité Routière, …). Une grande campagne de notoriété est lancée lors de la « Journée Nationale » en 1986 avec la distribution de 8 millions de plaquettes. Lors de l’historique Conférence de Presse au Sénat de la présidente Ida GUINOT, le 19 janvier 1989, la FNPC interpelle les ministres de l’Éducation Nationale et des Transports sur l’importance d’apprendre à tout les citoyens à se protéger et se responsabiliser dès l’enfance. La formation obligatoire aux gestes de secours pour les écoliers et les candidats au permis de conduite est ainsi déjà évoqué. Dans le cadre de la célébration des 25 ans de la FNPC, une vaste opération de sensibilisation historique voit le jour : le « Grand Défi » est lancé par la Fédération et permet en quelques jours de former 1 000 000 personnes à travers toute la France qui lui vaudra de passer pour pour l’une des premières fois à la télévision.

Aux début des années 90, la Protection Civile fédère, outre ses 94 ADPC :

les Secouristes Français Croix-Blanche
l’Union Nationale des Instructeurs et Moniteurs de Secourisme (ANIMS)
l’Union Nationale des Associations de Sauveteurs des P.T.T (UNASS)
l’Organisme Français du Corps Mondial de Secours (CMS)
l’Association Nationale des Radio-Amateurs au service de la Sécurité Civile (FNRASEC)
la Fédération Française des Maîtres Nageurs Sauveteurs (FNMNS)
les Anciens de Nainville-Les-Roches (ANANR se retire en 1988)
l’Association des Secouristes de la RATP
la Sécurité Routière d’Armorique (disparu aujourd’hui)
le Comité National du Secours Routier Français (disparu aujourd’hui)
l’Institut Inter-Régional d’Études de la Protection Civile (disparu aujourd’hui)

La FNPC tisse des liens de plus en plus étroits avec les Protections Civiles européennes à l’aube de la signature du Traité de Maastricht. La Présidente, Ida GUINOT participe aux premiers travaux d’organisation d’une fédération européenne des Protection Civiles. En avril 1989, la FNPC invite pour la première fois les délégations européennes. Avec une présence déjà très importante en Outre-Mer, forte de ses 150 000 adhérents incluant les mouvements nationaux affiliés, la FNPC devient la 3ème Fédération après la DOOSAF soviétique (URSS) et la BVZ allemande (RFA).
1991-2004 : la reconnaissance:

En mai 1991, le Professeur Louis Lareng, co-fondateur des SAMU de France et précurseur de la télémédecine, est élu à la présidence de la FNPC. Vient le temps des innovations. C’est lui qui organisa la 1ère participation de la FNPC au Ravivage de la Flamme du Soldat Inconnu la même année et institua le 1er Congrès National de la FNPC en 1993 à Plestin-les-Grèves (29). La FNPC commence à nouer des liens avec le Ministère de la Santé à travers une convention signée en janvier 1992. De nombreuses modifications vont changer le visage du secourisme en France et la FNPC n’y sera pas étrangère.

La grande réforme du secourisme de 1991, avec la création de l’AFPS (Attestation de Formation aux Premiers Secours) puis de nouveaux diplômes comme le CFAPSE (Certificat de Formation Aux Premiers Secours en Equipe), le Brevet National d’Instructeur de Secourisme ou encore les formations continues des secouristes (2000). Elle élaborera des formations spécifiques dont certaines deviendront des formations nationales par arrêté ministériel. C’est par exemple le cas de la formation : Attestation de Formation Complémentaire aux Premiers Secours sur la Route (AFCPSSR – adaptation des gestes de premiers secours aux accidents de la route), créée à l’initiative de la FNPC en collaboration avec la RATP, qui est devenue formation nationale par l’arrêté du 16 mars 1998.

Après l’obtention de leur propre agréments de formation en 1993, les 10 mouvements nationaux quittent la Fédération.

Le nombre de bénévoles et d’ADPC ne cesse de croître. Les interventions des équipes se renforcent sur le territoire national et à l’international.

Lors du Congrès de 2002, le professeur Louis Lareng interpelle Mr Sarkozy, alors Ministre de l’Intérieur, afin qu’il donne aux associations toute leur place dans le système de sécurité civile de notre pays.
Depuis 2004 : le développement et diversification des activités

Le professeur Louis Lareng participera à la création de la loi de modernisation de la sécurité civile qui donne une reconnaissance incontestable aux associations agrées de sécurité civile et un élargissement de leur traditionnelles missions de postes de secours.

En 2004 la loi de modernisation de la Sécurité Civile est votée. Elle élargie les missions des associations agrées de sécurité civile, des postes de secours vers les missions de soutien aux sinistrés et à l’encadrement du bénévolat « spontané ». Le 30 Août 2006, la FNPC fut la première association à recevoir les 4 agréments de sécurité civile.

Depuis, la Protection Civile ne cesse d’accroître le nombre de ses missions de sécurité civile. Sur l’ensemble du territoire, elle développe ses relations avec les Préfectures, les collectivités territoriales et les entreprises au travers de ses participations à la nouvelle réponse de Sécurité Civile, aux plans communaux de sauvegarde et à la signature de conventions d’assistance aux populations. Elle s’investit pleinement dans la formation aux gestes de premiers secours et notamment dans le milieu professionnel. Elle déploie enfin une communication importante vers l’ensemble des publics et tisse des liens avec de nombreux partenaires. Tout en conservant ses valeurs, elle simplifie son identité.

Elle développe depuis quelque années, des liens fraternels avec les Protections Civiles d’Europe et accompagne d’autres pays à fédérer des forces dans le domaine du secourisme et de la prévention des risques.

En interne, pour développer et optimiser la force d’intervention des équipes et le développement des associations départementales, des directions nationales sont créées et l’échelon sectoriel renforcé.

La Protection Civile est devenue aujourd’hui un auxiliaire incontournable reconnu de l’État et ses bénévoles de véritables professionnels du secours en France. » *

*texte emprunté au site de la Protection Civile